INTERVIEW BW N°1 - Karl Marc

Un article sur le tattoo, un bon bouquin à partager, un sujet de société… Viens échanger et te cultiver dans cette zone.

INTERVIEW BW N°1 - Karl Marc

Messagepar Squelch Sasquatch » Jeu 30 Avr 2015 10:46

RENCONTRE AVEC KARL MARC

C’est par une journée grise de ce début Avril que nous nous rendons chez Handmade Fine Tattoo, 70 rue du Vertbois à Paris. Sur la porte, l’enseigne peinte à la main est toute récente : la boutique est ouverte depuis trois mois seulement. C’est le maître des lieux, Karl Marc, qui nous ouvre, un grand sourire aux lèvres, comme à son habitude. L’accueil est chaleureux et c’est un café en main que nous commençons notre entretien, sous le plafond de pierre voûté de l’une des salles.

Image


BodyWork : Tu tatoues depuis dix-huit ans, tu as commencé aux Etats-Unis, puis tu es passé, en France, chez Tribal Act, David de Pertuis, le Mystery Tattoo Club… Et voilà que tu viens finalement de poser tes valises dans ton propre salon. Qu’est-ce qui t’a donné envie de monter ton shop ?
Karl Marc : C’était le moment (il sourit). Quand j’ai commencé à tatouer, j’avais une boutique qui s’appelait Custom Ink à Santa Barbara. C’était vraiment une boutique très familiale, on était de bons amis. Les gens passaient, on buvait des cafés ensemble… Il y avait des habitués : souvent mes clients devenaient mes amis, on passait du temps ensemble, on commençait à se connaître.
Le Mystery c’est SU-PER comme boutique, j’adore. J’ai bossé là pendant six ans, je ne le regretterai jamais. Mais j’ai senti le besoin d’avoir mon propre endroit, de retrouver ce côté vraiment familial, d’avoir plus d’espace aussi, et puis de former quelque chose à ma manière... de retrouver mes bases (il rit).


On te voit aussi assez souvent en convention, qu’est-ce qui te plaît là-dedans ?
Récemment, j’y vais un petit peu moins : c’est ça d’être papa ! C’est la première fois de ma vie où je dois diviser mon temps entre une vie de famille et une vie de tattoo. Le tattoo est très très important… mais quand tu as un petit bébé dans les bras, que cette personne dépend de toi, tu veux être là à 100% pour elle. J'ai dû trouver un équilibre entre ma vie professionnelle et familiale. Alors malheureusement, je suis un petit peu moins en conv’ qu’avant, ça me rend un petit peu triste. Par contre quand j’y vais, ce que j’adore c’est qu’on trouve de nouvelles inspirations, on se retrouve avec d’autres tatoueurs qu’on n’a pas vu depuis l’année précédente, on voit aussi leur évolution. Quand on part de la convention, on se retrouve vraiment avec de nouvelles directions, ça nous remet un coup de patate pour faire notre métier. Et on fait bien la fête ! (il rit).


Comment définirais-tu ton style ? Qu’est-ce que tu aimes tatouer ?
Je suis assez polyvalent, j’aime les choses qui sont assez douces, très natures : j’aime beaucoup les fleurs, les plantes, les oiseaux… les chats ! (il rit). Je ne dirais pas que je fais du tattoo traditionnel, plutôt des choses un peu aquarelle, mais quand même très contrastées, ou assez graphiques.


Il y a des inspirations ou des influences que tu peux relier à ta pratique ?
Je pense qu’on peut vraiment lier cette aventure dans le graphisme à Yann Black, qui est vraiment à l’origine du style graphique dans le monde. C’est un gars qui faisait ça bien avant tout le monde, même si maintenant on a tendance à l’oublier. S’il n’y avait pas eu Yann Black, le tattoo serait sûrement très différent maintenant.
Mon arrivée en France, aussi, m’a fait voir les choses autrement. C’est ce qui m’a fait aller dans la direction aquarelle, peinture japonaise, "landscape" chinois... Je n’aurais peut-être pas regardé ces choses-là si j’étais resté aux États-Unis.


Tu expliques ça comment ? Ce sont des choses auxquelles tu n’avais pas eu accès avant d’arriver en France ?
Là où je travaillais aux Etats-Unis, c’était du tattoo comme on le connaît depuis toujours : gros tracé, avec un remplissage, souvent tiré des vieux motifs militaires ou “americana”, ou tiré du japonais, mais le japonais très traditionnel, avec des codes à respecter… Peut être qu’en France, il y avait moins cette histoire. Les gens avaient plus tendance à regarder la peinture, d’autres formes d’art, et quand je suis arrivé ça m’a ouvert les yeux vers de nouveaux horizons.

ImageImage


On a aussi envie de savoir comment tu travailles. C’est quoi le premier contact idéal avec un client ?
Souvent les clients vont se présenter avec énormément d’idées et il faut dire “bon, c’est trop de choses” et repérer les deux ou trois éléments qui marchent ensemble. Ou parfois ils arrivent avec des idées très, très vagues et on a du mal à retirer de leur cerveau ce qu’ils veulent.
Je préfère les clients qui arrivent avec quelques images d’art, de peintures qu’ils aiment bien et peut être aussi de tattoos pour montrer le style, même si on ne va pas copier un tattoo qui est déjà fait. Ça donne une idée de l’univers du client. Après, on peut prendre ces éléments et parfois dessiner un peu sur le client, un peu sur papier, ça rend les choses plus claires.
Un client qui a de bonnes idées mais qui n’a pas peur d’explorer d’autres options, c’est vraiment le client idéal. Faut pas être trop figé et ne pas avoir peur de changer un peu l’idée pour que ça marche avec le corps.


Et pour la prise de rendez-vous, ça se passe comment ?
En ce moment, malheureusement, j’ai beaucoup de clients qui attendent et je commence à être très sélectif sur les projets que j'accepte de faire. Je travaille majoritairement avec des gens que j’ai déjà tatoués et qui reviennent, ou avec des personnes qui viennent de la part de quelqu’un que j'ai déjà tatoué, des amis d’amis. Quand ils viennent me voir on commence le dialogue et on essaie de trouver de la place pour un rendez-vous... mais c’est à peu près un an et demi d'attente. J'aimerais avoir plus de temps pour tatouer plus de monde, mais c'est dur de tout faire !


Et ça correspond aussi à cette idée de shop familial dont tu parlais tout à l'heure, non ?
Oui, avec les années, on a établi de la confiance entre mes clients et moi. Je préfère vraiment travailler avec quelqu’un avec qui j’ai déjà travaillé parce que je sais que ça va juste être encore plus grand et aller encore plus loin, que des choses vont se développer et devenir très intéressantes. Un premier contact, il faut un peu tâter le terrain pour comprendre la personne alors que quand je connais déjà un client, je sais déjà comment marcher.
Mais il ne faut pas hésiter à passer à la boutique, parce que je travaille avec deux personnes qui font vraiment un super boulot (NDLR : Sailor Raffy et Nacib Tanuki) et on sera toujours ravis de vous accueillir !


Tu peux nous expliquer comment tu travailles sur un projet ?
Normalement, les gens viennent, se mettent sur la liste d’attente. Je leur demande de me rappeler six ou sept mois plus tard, pour me dire qu’ils sont toujours contents, qu’ils sont toujours là et qu’ils ne m’en veulent pas d’avoir attendu aussi longtemps (il rit) ! Après ça, on donne deux rendez-vous, le premier pour dessiner et ensuite une ou deux semaines plus tard pour tatouer.
Le rendez-vous dessin dure souvent une heure, une heure et demi. On regarde les exemples amenés par le client, je fais des croquis sur papier et parfois je prends les feutres pour dessiner sur la personne. Ça donne une bonne idée de ce qu’on va faire car même si ce n’est pas dans les détails, il y a au moins une idée de la composition. Je prends des photos de ce que j’ai dessiné, ainsi qu’un calque. Comme ça, je peux travailler en taille réelle et je raffine le motif un ou deux jours avant le rendez-vous tattoo, pour présenter le dessin avec tous ses détails. Généralement, les gens sont assez contents de ce que je leur propose. Parfois il y a des petites modifs à faire, mais vu qu’ils avaient déjà une bonne idée de la composition, c’est très rare qu’ils changent complètement le dessin.
Je travaille souvent avec des carbones parce que c'est un peu plus rapide et que ça me permet de faire des choses bien détaillées, même si pour les choses plus graphiques ou japonaises je vais plutôt dessiner à la main sur le corps.


C’est important pour toi la symbolique derrière un projet ? Tu aimes la connaître ?
Pas forcément, mais ça m’aide quand même de savoir avec quelle mentalité le client arrive. J’ai travaillé avec des tatoueurs qui ne voulaient surtout pas savoir l’histoire derrière: ils veulent juste faire le tattoo et voilà. Ils veulent pas s’impliquer dans la vie de leur client, ça ne les intéresse pas. Je ne suis pas comme ça. Je n’ai pas forcément besoin de savoir, mais si les gens veulent me le dire, je suis content de les écouter. Parfois, les gens ont des histoires assez lourdes qu’ils veulent évacuer et une façon de les évacuer c’est de les tatouer. Un tattoo peut être très thérapeutique. Bon, je ne suis pas psychologue mais je suis là pour écouter aussi et ça m’aide à créer un dessin qui est plus précis et qui est plus dans l’ambiance que le client veut.


Est-ce que la symbolique est aussi importante pour les tatouages que tu portes ?
Maintenant non. Au tout début, bien souvent, on arrive avec un tattoo qui est très symbolique, et à force de se faire tatouer, ça devient de plus en plus pour le seul plaisir d’avoir une pièce artistique. Au bout d’un moment, on finit par faire des grosses pièces juste parce qu’on trouve ça beau. C’est comme ça pour beaucoup de mes clients, et moi c’est la même chose. Maintenant je fais des grands tattoos juste pour le plaisir, ce n’est plus du tout symbolique.


Tu peux nous raconter ton meilleur souvenir d'une séance de tatouage avec un client ?
Je ne pourrais pas dire qu’il y a un tattoo précisément qui m’a marqué. Il y a surtout des personnalités, des clients avec qui ça a très très bien marché et des expériences. Il y a des séances qui ne marchent vraiment pas bien. Pour faire des généralités, il y a parfois des clients qui ne sont pas tellement sûrs de ce qu’ils veulent, qui ont des idées vagues, qui ne sont pas sûrs d’eux-mêmes, là c’est pas facile. Alors on passe du temps à explorer des idées, et ça marche, mais ils ne sont pas vraiment sûrs… Ça fait des séances de tattoo qui sont très frustrantes parce qu’on ne sait jamais si le client part avec quelque chose qui lui convient ou pas. Est-ce qu’ils sont contents avec leur tattoo ? Est-ce que c’est moi qui ai donné ma vision et ils l’ont acceptée parce que j’ai trop poussé ?
Après ça, il y a des séances où on est vraiment en symbiose, où on arrive vraiment à aller très très loin avec un dessin, à explorer de nouvelles idées, à trouver de nouvelles méthodes pour faire les choses. Là, on sort de la séance avec un gros sourire, et on se sent comme si on avait accompli quelque chose. C’est ce feeling global, cette idée générale de séance, que je recherche avec un client. J’aime qu’on parte tous les deux avec cette sensation d’avoir créé un tattoo qui va plaire pour des années.


Il y a un motif qu’on ne t’a jamais demandé mais que tu rêverais de faire ?
J’aimerais surtout pousser les choses plus loin. Par exemple, si tu veux faire des oiseaux et des fleurs, laisse-moi faire toute la poitrine et les côtes pour créer une grande composition, au lieu de faire assez petit. On n’aime pas sentir qu’on se répète et pour garder les choses intéressantes, souvent on voit plus grand, on essaye de faire des compositions plus évoluées. C’est ça que j’aimerais le plus explorer.

ImageImage


Et toi, est-ce que tu te fais toujours tatouer ?
Oui, j’avais rendez-vous pour commencer mon dos il y a une semaine… Bon, parfois même les tatoueurs se font oublier, mon tatoueur n’a pas eu le temps de finir mon dessin (il rit), alors ça a été reporté ! Mais normalement, dans deux semaines on commence mon dos, avec un grand oiseau et un serpent. Il y a quand même un petit peu de symbolique : j’ai grandi dans la forêt, dans la montagne et là-bas on voit beaucoup de rapaces, des serpents à sonnettes. On va faire une bataille entre un serpent à sonnettes et un aigle, ou plutôt “a red tail hawk”, c’est une sorte de faucon de la Californie (NDLR : une buse à queue rousse). Il y en a en France ?
Non, je ne crois pas…
J’ai hâte de le commencer. Il ne me reste pas beaucoup de place sur le corps : j’ai ma jambe droite, j’avais plein de choses que j’ai enlevées au laser pour pouvoir les recouvrir, il me reste le dos, quelques petits espaces ici et là…


Le dos, tu l’avais gardé exprès pour un grand projet ?
Oui. Si je pouvais donner un bon petit avis pour les gens qui sont en train de débuter leur vie de tatoué : réfléchissez au “big picture” comme on dit en anglais. Au tout début, j’ai fait beaucoup de petites pièces et finalement, il y a beaucoup de choses sur mon corps qui ne sont pas très cohérentes. Ton corps, c’est ton tableau, réfléchis à l'endroit où les choses vont aller, pour laisser du vide, pour que ça respire, pour que tout marche ensemble et que ça fasse quelque chose d’homogène, qui est beau. Quand je regarde mon corps, je me dis : “Ah, j’ai tout rempli avec tout et n’importe quoi et y’a rien qui ressort !” C’est un très joli tableau, un peu graffiti, mais c’est moins cohérent. Alors si je pouvais aller en arrière, je laisserais un petit peu de vide sur mon corps. Mais bon, maintenant j’en suis à un tel point que je vais juste tout remplir ! (il rit).


Est-ce que tu nous montrerais un tatouage ?
Un de mes tattoos favoris a été fait par Léa Nahon, une très bonne amie à moi. Elle a fait tout mon flanc et un peu la fesse et la jambe. Je peux montrer mes côtes. (Il se lève et remonte rapidement son pull d’une main. Le tatouage représente le visage et la main d’une femme, dans un style assez réaliste en noir et gris. Autour du visage, des arabesques laissées blanches dans des ombrages grisés suggèrent de longs cheveux épars.)


C’est différent du style actuel de Léa Nahon…
Oui, ça a été fait il y a huit ans. Quand j’ai rencontré Léa, elle travaillait dans une boutique à Paris, elle était jeune tatoueuse et faisait beaucoup de tattoos très normaux, pas du tout ce qu’elle fait maintenant. Quand on discutait, je lui disais : “Tes peintures sont tellement magnifiques, mais fais tes peintures !” et elle répondait : “Oui, mais je ne crois pas que ça marcherait”. Quand elle a commencé à faire ses peintures, ça a explosé... Maintenant elle fait vraiment quelque chose de magnifique. Mes côtes sont au croisement, quand elle était en train de trouver son style. La pièce n’est toujours pas finie, il faut qu’on la finisse un jour ! (il rit).


Qu'est-ce que tu penses du monde du tatouage aujourd'hui, de sa grande démocratisation ?
Je trouve ça magnifique. S’il y a vingt ans, on avait pu regarder le monde du tattoo maintenant, on aurait jamais cru que c’était possible. Des possibilités qu’on ne connaissait pas quand j’ai commencé à tatouer sont explorées, dans tous les sens. Dans chaque ville, il y a un artiste extraordinaire qui fait des choses qu’on a jamais vues. Avant il y avait en tout une dizaine d’artistes mondialement connus. Maintenant, il y a des tatoueurs magnifiques partout qui ne seront jamais connus, parce qu’il y en a des milliers !
Alors, d’un côté c’est vraiment chouette parce qu’on fait des choses très, très belles. C’est vraiment de l’art maintenant, le tattoo… Enfin, ça ne l’est pas toujours mais ça peut l’être.
D’un autre côté, c’est un tout petit peu triste parfois, parce qu’avant quand on se faisait tatouer, on osait faire quelque chose que la société n’osait pas. On pouvait essayer de se mettre hors de la norme alors que maintenant, la norme, c’est d’être tatoué. Du coup, ça a perdu un tout petit peu ce côté très… magique.


Pour la dernière question, on a prévu une question con : tu as deux choix possibles, des choix définitifs, à vie. Tu préfères tatouer toujours le même motif, mais à la perfection, ou tatouer ce que tu veux, mais mal ?
(Il hésite longuement) C’est très dur parce que je suis hyper partagé… Au tout début, quand je tatouais, j’essayais de faire le tattoo parfait à chaque fois. Finalement, je me suis rendu compte que c’est pas toujours la meilleure façon de faire les choses. Les petites imperfections donnent parfois du caractère au tattoo. Et vu que c’est de la peau, dans quarante ans ça sera une grosse masse de bavures dans tous les cas (il rit). Alors autant essayer de faire des choses qui sont différentes… Je crois que je privilégierais le côté créatif au tattoo parfait. Sinon autant aller travailler à l’usine, pour faire toujours la même chose. C’est le changement qui est intéressant.


Merci à Karl pour sa gentillesse lors de cet entretien et pour nous avoir proposé de publier des photos qu'il n'a pour certaines pas encore diffusées.

Image

Image Image




ImagePour rencontrer Karl Marc...

HandMade Fine Tattoo
70 rue du Vertbois,
75003 Paris
France
la page facebook de la boutique

Pour suivre son travail :
karlmarc.com
instragram @karlmarc_handmade

sa galerie sur le forum
Avatar de l’utilisateur
Squelch Sasquatch

Chroniqueuse
 
Messages: 1260
Enregistré le: 27 Sep 2013
Localisation: Sous le signe du V
Genre: Non spécifié
Remercié: 144 fois
  • Adresse Galerie

Re: INTERVIEW BW N°1 - Karl Marc

Messagepar Karamazov-S » Jeu 30 Avr 2015 11:12

Interview intéressant ! j'étais persuadée qu'il était français avant de le lire :lol:
Merci pour l'article !
Ma petite galerie, par L'Oiseau, Bouits et Guet Deep
Avatar de l’utilisateur
Karamazov-S

Investi
 
Messages: 448
Enregistré le: 27 Sep 2013
Localisation: Lyon
Genre: Femme
Remercié: 4 fois

Re: INTERVIEW BW N°1 - Karl Marc

Messagepar Haile » Jeu 30 Avr 2015 13:24

:tchin: Super interview !

J'aime beaucoup sa vision des choses et la manière d'aborder un tattoo et les tattoos (vision globale quand tu n'as plus de place!!)
Avatar de l’utilisateur
Haile

Investi
 
Messages: 695
Enregistré le: 28 Sep 2013
Localisation: Vaucluse
Genre: Homme
Remercié: 4 fois

Re: INTERVIEW BW N°1 - Karl Marc

Messagepar Akala » Jeu 30 Avr 2015 13:36

Très très cool ça !

Et p*tain le dragon là :shock: :eek: :love: :love: :love:
Avatar de l’utilisateur
Akala

Investi
 
Messages: 819
Enregistré le: 29 Déc 2013
Localisation: Rennes
Genre: Homme
Remercié: 0 fois

Re: INTERVIEW BW N°1 - Karl Marc

Messagepar Wasabii » Jeu 30 Avr 2015 14:46

Super interview, Karl Marc est un mec en or toujours ouvert pour discuter tattoo ;)

Karamazov-S a écrit:Interview intéressant ! j'étais persuadée qu'il était français avant de le lire :lol:


Pour avoir parlé avec lui, et si mes souvenirs sont bons (de l'époque des Tattoo Art Fest), je crois qu'il est effectivement français mais qu'il a vécu aux USA une majorité de sa vie du fait de ses parents.
Avatar de l’utilisateur
Wasabii

Donateur
 
Messages: 516
Enregistré le: 27 Sep 2013
Localisation: Toulouse
Genre: Homme
Remercié: 15 fois

Re: INTERVIEW BW N°1 - Karl Marc

Messagepar jl-l » Jeu 30 Avr 2015 15:51

non il est californien ;)

Type adorable, ouvert, abordable ...

Un jour la chouette montrera peut être son tattoo de lui ...
Ma Galerie :
click ici


Prochaine séance le 2019 ?? .... :eek:
Avatar de l’utilisateur
jl-l

Donateur
 
Messages: 832
Enregistré le: 11 Sep 2013
Localisation: Métropole Lilloise
Genre: Non spécifié
Remercié: 24 fois
  • Adresse Galerie

Re: INTERVIEW BW N°1 - Karl Marc

Messagepar Yuki » Jeu 30 Avr 2015 16:56

Merci pour l'interview, c'est super d'en savoir plus sur lui, sa façon de travailler et de voir les choses !
Mon encre avec du Matik et du Messmer dedans.
Avatar de l’utilisateur
Yuki

Curieux
 
Messages: 143
Enregistré le: 03 Oct 2014
Localisation: Dans la pâte à cookies
Genre: Femme
Remercié: 0 fois

Re: INTERVIEW BW N°1 - Karl Marc

Messagepar kaptn_kvern » Ven 1 Mai 2015 09:50

Merci Squelch Sasquatch, super sympa cette interview. Y a d'autres artistes de prévus prochainement ?
Avatar de l’utilisateur
kaptn_kvern

Investi
 
Messages: 639
Enregistré le: 08 Oct 2013
Genre: Non spécifié
Remercié: 5 fois

Re: INTERVIEW BW N°1 - Karl Marc

Messagepar Squelch Sasquatch » Ven 1 Mai 2015 11:13

Merci de vos retours, ça fait plaisir de voir que vous appréciez. :D

jl-l a écrit:Type adorable, ouvert, abordable ...

C'est absolument ça ! Quand on lui a proposé l'interview, il a été super enthousiaste.

kaptn_kvern a écrit:Y a d'autres artistes de prévus prochainement ?

D'autres artistes prévus, oui.
C'est "prochainement" qui peut être un peu aléatoire ! :lol:
Avatar de l’utilisateur
Squelch Sasquatch

Chroniqueuse
 
Messages: 1260
Enregistré le: 27 Sep 2013
Localisation: Sous le signe du V
Genre: Non spécifié
Remercié: 144 fois
  • Adresse Galerie

Re: INTERVIEW BW N°1 - Karl Marc

Messagepar jpa63 » Ven 1 Mai 2015 16:45

Très intéressant et fort bien mené, j'en redemande :pink: .
JE SUIS CHARLIE
Avatar de l’utilisateur
jpa63

Modératrice
 
Messages: 1743
Enregistré le: 05 Oct 2013
Genre: Non spécifié
Remercié: 13 fois

Re: INTERVIEW BW N°1 - Karl Marc

Messagepar Ysatis » Dim 3 Mai 2015 15:18

Très, très sympa cette interview! Merci pour ce travail et ce retour, c'est très intéressant!
Avatar de l’utilisateur
Ysatis

Chroniqueuse
 
Messages: 2029
Enregistré le: 04 Oct 2013
Localisation: Normandie
Genre: Femme
Remercié: 47 fois

Re: INTERVIEW BW N°1 - Karl Marc

Messagepar tomonane » Dim 3 Mai 2015 16:27

Merci !
J'ai passé un bon moment à te lire !
N'hesite pas à recommencer, tu gères :)
L'envie n'a point de repos
tomonane

Timide
 
Messages: 40
Enregistré le: 14 Mar 2015
Localisation: Brest
Genre: Femme
Remercié: 0 fois

Re: INTERVIEW BW N°1 - Karl Marc

Messagepar Jepany » Lun 4 Mai 2015 08:53

Cool, enfin du poil. :love:
// ✈ ✈ On est tous à louer, de janvier à décembre, pour quelques années...
Avatar de l’utilisateur
Jepany

Donateur
 
Messages: 605
Enregistré le: 20 Fév 2014
Localisation: Poitiers
Genre: Homme
Remercié: 2 fois

Re: INTERVIEW BW N°1 - Karl Marc

Messagepar mutantxtatique » Lun 4 Mai 2015 10:53

Une interview de qualité et bien présentée.
C'est ainsi que j'aime les lire, bravo à l'équipe.
Il faut penser à ses possibilités plutôt qu'à ses limites
Avatar de l’utilisateur
mutantxtatique

Pierceur
 
Messages: 508
Enregistré le: 27 Sep 2013
Localisation: la rochelle
Genre: Homme
Remercié: 94 fois

Re: INTERVIEW BW N°1 - Karl Marc

Messagepar Estegoku » Lun 4 Mai 2015 14:16

Interview très intéressante.
Une très bonne idée en tous cas que ces interviews \m/
Certaines personnes pensent être des lumières mais ce ne sont que des interrupteurs.
Estegoku

Timide
 
Messages: 2
Enregistré le: 24 Mar 2015
Localisation: Genève
Genre: Non spécifié
Remercié: 0 fois

Re: INTERVIEW BW N°1 - Karl Marc

Messagepar Madame H.A. » Lun 4 Mai 2015 14:23

Chouette interview ! Merci et curieuse de lire les suivantes :)
Avatar de l’utilisateur
Madame H.A.

Apprentie Tatoueuse
 
Messages: 257
Enregistré le: 06 Oct 2013
Genre: Non spécifié
Remercié: 4 fois

Re: INTERVIEW BW N°1 - Karl Marc

Messagepar Elizara » Lun 4 Mai 2015 21:04

Très sympa cette interview et très intéressante. Bravo!
Elizara

Timide
 
Messages: 50
Enregistré le: 11 Juin 2014
Localisation: Marseille
Genre: Femme
Remercié: 0 fois

Re: INTERVIEW BW N°1 - Karl Marc

Messagepar LadyNightstalker » Mer 6 Mai 2015 07:53

Merci beaucoup pour cette interview, elle est très intéressante, c'est une bonne idée!
Et notamment grâce à elle, Karl Marc a accepté mon projet, donc merciiiii <3
"Alors viens, et assieds toi, que l'on fasse de toi une oeuvre d'art"
Avatar de l’utilisateur
LadyNightstalker

Timide
 
Messages: 48
Enregistré le: 01 Juin 2014
Localisation: à l'ouest
Genre: Femme
Remercié: 0 fois

Re: INTERVIEW BW N°1 - Karl Marc

Messagepar Newis » Mer 6 Mai 2015 11:47

Merci pour l'interview, c'est très bien mené et les questions comme les réponses sont intéressantes !

J'adhère pas à 100% à son style, c'est pas ce que je me ferais tatouer personnellement, mais j'ai un gros coup de cœur pour ses encres chinoises... Peut-être qu'un jour ça me viendra !
Avatar de l’utilisateur
Newis

Timide
 
Messages: 75
Enregistré le: 27 Avr 2015
Localisation: Banlieue parisienne
Genre: Femme
Remercié: 2 fois

Re: INTERVIEW BW N°1 - Karl Marc

Messagepar Mouche » Mer 6 Mai 2015 16:05

Vraiment super intéressant ! Merci beaucoup !
galerie ici
suite le 04/03/17
Avatar de l’utilisateur
Mouche

Investi
 
Messages: 329
Enregistré le: 04 Aoû 2014
Localisation: Paris
Genre: Femme
Remercié: 5 fois
  • Adresse Galerie

Suivante

Retourner vers Culture et Société

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités